Menu

Tristan Mat

#1238

trop seul trop d’être
filin tendu à rompre

tel vitre sur le paysage
trompeuse de transparence

en sa luxure l’herbe
est coupée mais d’odeur

enivre ce qui n’est pas
souvenir ni bonheur

nulle épée sur la pierre
de la fontaine sans témoin