Menu

Tristan Mat

#1206

au souffle de midi
les feuilles trembleront encore
après moi

bonheur de n’être plus
déjà
pour un instant

#1203

il n’y a pas de milieu
il y a des verbes neutres
il y a la neige

#1188

sans danser presque enlaçant lenteur

flamme tu n’es pas ma vie

#1185

aujourd’hui était l’été
au plus grand midi
nous etions offrande

à la lisière des herbes en armée
le gravier de chaque pas

partage

frères de l’ombre d’un arbre

#1180

un poète pour chaque chien qui l’ignore
le poète se dédie
le chien hurle à ses frères
la lune est l’unique

#1175

ciel chargé bas
bord de l’étreinte
le mot soir velours
n’être que plaie

#1161

après le poème
vivre

après le poème
il ne reste rien
– bonheur

#1156

quels seront les mots les derniers mots
où à plat droits sur pierre levée
en bouche silencieux lus posés
quoi pour les recevoir fosse
plis à l’oreille priant fumée
depuis quelle chambre de mort
diront-ils quelque chose pour rien

#1126

des gouttes sur le toit de plastique
avec un ciel vide de pluie au matin
regardé fixe en écoutant une chanson
comme un chemin en écartant
la ronce du passé qu’elle propose,
c’est le présent que je veux
quand bien même il est tombe

#1123

ils viennent
autres et pareils
avec chacun c’est autre  et c’est pareil
avec chacun l’absence de satori est autre
avec chacun l’absence de satori est pareil