Menu

Tristan Mat

#718

le juge regarde
les feuilles
se balançant

#712

ressac chaud
(l’immobilité libère)
sel sur la nuit

#688

à bout de parole
elles louent mes chaussures
noires

#672

le silence enfle
dans la lumière
– midi

#642

midi
le champ des cigales
immobile

#634

la table vide
comme une chambre
– nuit seule

#599

si lentes

à tomber

si jaunes

#592

les plongeurs trouent l’eau

ils tombent encore
dans le fond du rêve

#587

pointe orange tiré du noir
saut sur deux i
en avant du mot corneille

#583

immobile
le fil de la fontaine
inlassable