Menu

Tristan Mat

la colère comme voie

sans fond le cercle
vouloir tomber toujours
écraser encore le point

être au passif
fixe à la presse du soleil
nulle paroi panse

la couleur est accroc
le temps mors
amère l’eau répétée