Menu

Tristan Mat

Obéissance

Le maître arrive en retard.

Le maître dit: Pense à moi, pas à l’épée.

Le maître dit: Avance quand tu attaques, défends quand tu recules.

Le maître dit: Tu dois mourir.

Le maître dit: Le premier maître est Dieu, le deuxième maître est l’épée, le troisième maître est l’enseignant.

Le maître hurle avant de porter un coup.

Le maître dit d’un voix faussement mielleuse: alors?

Le maître, contrefaisant une voix orientale, dit: Si tu connais l’adversaire, cinquante pour cent victoire. Si tu connais toi-même cinquante pour cent victoire. Si tu connais toi-même et l’adversaire, cent pour cent victoire.

Le maître dit: Apprendre à donner la vie, apprendre à tuer, la même chose.

Le maître dit: Combats seulement si tu es sûr de vaincre.

Le maître dit: Je fais bouger mon échiquier, je ne me fais pas commander par mon échiquier.

Le maître dit: Si tu perds la face, tu peux vaincre.

Le maître fume des cigarettes.

Le maître dit: Tu te fais mal, tu es béni.

Le maître dit: L’élève commande l’épée, le maître est commandé par l’épée.

Le maître dit: Si tu acceptes qu’il y a ait un cadre, tu dois accepter qu’il n’y ait pas de cadre.

Le maître dit: Apprends la technique pour oublier la technique.

Le maître dit: Si j’abandonne mon moi, je trouve l’infini.

Le maître dit: Ne donne pas de petits coups, utilise ton talent.

Le maître dit: Si tu apprends à te défendre, tu t’illumines.

Le maître dit: L’eau est toujours en équilibre.

Le maître dit: Un miroir n’a pas d’ego.

Le maître dit: Dans le combat, sois l’eau.

Le maître dit: Maintenant vous êtes des enseignants.

Le maître se tait.

07/10/2014

Série : Reste