Menu

Tristan Mat

#1232

seulement une porte

debout le ciel ne change

pas dessinant la clôture

du temps en cercle presque

a l’existence près

une porte seule

#1229

dors sereine c’est la dernière
fois chaque soir enfin
ouvre toi deviens la nuit
plus de porte écume le rêve
pourquoi faudrait-il finir

Journal de la phrase

Aujourd’hui, j’ai retrouvé la fleur en bois – rouge.

Aujourd’hui, j’ai vu le vide au-dessus de l’hôtel.

Aujourd’hui, j’ai recueilli la poussière des murs.

Aujourd’hui, j’ai détaillé du regard un étal de poignées de portes.

Aujourd’hui, j’ai écrit cette phrase à l’encre verte.

Aujourd’hui, j’ai produit un cube.

Aujourd’hui, j’ai commencé l’histoire des murs.

Aujourd’hui, j’ai lancé des poèmes vers un rectangle.

Aujourd’hui, j’ai compté les miroirs de la maison: quinze.

Aujourd’hui, j’ai mangé dans le noir.

Aujourd’hui, j’ai lancé deux pierres par la fenêtre de l’été.

Aujourd’hui, j’ai été déposé sur la carte.

Aujourd’hui, après avoir rangé la bibliothèque, il restait un livre: Espèces d’espace.

Aujourd’hui, j’ai vu l’image au plus près de la nuit.

Aujourd’hui, j’ai envoyé mon image, une.

Aujourd’hui, je n’ai pas été reconnu en abaissant mon masque.

Aujourd’hui, j’ai écrit avec un cube vert sur la table.

Aujourd’hui, j’ai soufflé la poudre vers la nuit.

Aujourd’hui, j’ai mis un masque à la nuit.

Aujourd’hui, j’ai mis un quatrième couteau.

Aujourd’hui, j’ai lu les tables.

Aujourd’hui, j’ai jeté les vêtements vides de moi.

Aujourd’hui, j’ai goûtée une mémoire.

Aujourd’hui, je me suis assis pour mieux tomber.

Aujourd’hui, j’ai écrit six fois la date d’aujourd’hui.

Aujourd’hui, j’ai cassé le quatrième couteau.

Aujourd’hui, j’ai morcelé les chèques.

Aujourd’hui, j’ai entendu le Nom de l’amant sans nom.

Aujourd’hui, j’ai regardé mon sang.

Aujourd’hui, j’ai suivi du doigt la logique des câbles.

Aujourd’hui, j’ai arraché mon nom des livres.

Aujourd’hui, j’ai soupesé le mot comme.

Aujourd’hui, j’ai entendu la basse.

Aujourd’hui, j’ai embrassé l’amande.

Aujourd’hui, j’ai offert des libations à la colle.

Aujourd’hui, je me suis assis par terre dans la ville.

Aujourd’hui j’ai été agacé par le palindrome.

Aujourd’hui, je suis allé rue des discoboles.

Aujourd’hui, j’ai observé le découpe de vers serbes.

Aujourd’hui, j’ai récité sur une pelouse, à la nuit.

Aujourd’hui, j’ai suivi du regard une faille traversant ma maison.

Aujourd’hui, je me suis allongé, écrasé, plié jusqu’à être englouti par le bain.

Aujourd’hui, j’ai connu le bonheur par débordement.

Aujourd’hui, j’ai considéré mon émail brisé et rongé.

Aujourd’hui, j’ai trouvé deux os à traduire.

Aujourd’hui, j’ai vu s’allumer un feu de trois jours.

Aujourd’hui, j’ai connu le point de perfection: entrer dans la cuisine à l’instant où le lait déborde.

Aujourd’hui, j’ai lu les poèmes de personne avant le jour.

Aujourd’hui, j’ai lutté, défait par les plumes, la topologie de leur enveloppe.

Aujourd’hui, j’ai épuisé le sel.

Aujourd’hui, j’ai écrit quatorze portraits d’un seul visage.

Aujourd’hui: Henry James, d’un côté ; Tchekhov de l’autre : je n’étais pas au milieu.

Aujourd’hui, j’ai cherché des Y.

Aujourd’hui, j’ai brisé un seau.

Aujourd’hui, j’ai écrit le journal de la fièvre.

Aujourd’hui, j’ai découpé chaque planche de l’armoire en deux parties égales.

Aujourd’hui, sous la lampe, le faisceau des angles, l’enjambement du compas.

Aujourd’hui, j’ai plié, déplié, replié, lissé.

Aujourd’hui, j’ai dicté.

Aujourd’hui, je n’ai pas lu une phrase.

06/09/2020

Série : Reste

#1218

à la fourche
la nuit est entière
boire est sans fond

#1210

s’asseoir
dans la nuit
être l’attente
sans pluie

#1206

au souffle de midi
les feuilles trembleront encore
après moi

bonheur de n’être plus
déjà
pour un instant

#1200

entre les notes

la musique

– radiance

#1188

sans danser presque enlaçant lenteur

flamme tu n’es pas ma vie

onzain #24

– Que faites-vous dans la vie?
– Je fatigue.

– Que faites-vous dans la vie?
– Je caresse les courbes.

– Que faites-vous dans la vie?
– Je glisse glaçant.

– Que faites-vous dans la vie?
– Je m’oppose aux présents.

– Que faites-vous dans la vie?
– Vous, moi, et l’autour vaste.

– Que faites-vous dans la vie?
– Je passe des tours.

– Que faites-vous dans la vie?
– Je fais minuscules les miracles.

– Que faites-vous dans la vie?
– J’exhorte des questions.

– Que faites-vous dans la vie?
– Je mords à la douceur.

– Que faites-vous dans la vie?
– Des réussites, des patiences, des échecs.

– Que faites-vous dans la vie?
– J’ouvre la porte enfin.

07/06/2020

Série : Onzains

#1185

aujourd’hui était l’été
au plus grand midi
nous etions offrande

à la lisière des herbes en armée
le gravier de chaque pas

partage

frères de l’ombre d’un arbre