#1881

il pleuvait des pétales
plus petites que des gouttes
brume et oiseaux lointains
devant derrière vie longue
au présent il y aura un jour

onzain #29

être chez soi comme un Anglais

être dans la nuit comme un voleur

être dans un couloir comme un peintre

être dans la musique comme un Gitan

être dans l’attente comme l’amnésique

être vers le vide comme un Navajo

être près de la mort comme un marin

être dans la plaine comme un Russe

être dans le rêve comme un aigle

être encore comme un survivant

être au lit comme deux amants un

#1777

la bataille est un théâtre
une image plate au salon
nos doigts aux verre touchés
paroi fine j’ai bu l’eau
ancestrale disait l’enfant

#1775

Il faut imaginer les dieux en fuite, ignorant les chants les célébrant, fuyant à la vue des temples, repoussant la puissance, apeurés par les adeptes, niant jusqu’à leurs noms, se perdant dans le temps.

#1770

donner des pages blanches
cela ne se fait pas
on écrit des poèmes

dual #16

Photogaphie de Sami (b_ruhje)

ton dieu
ne plie pas

l’horizon
est fosse

il agrée
des mots pauvres

absence
unie


onzain #28

je me souviens que Blaise Cendrars conduisait son Alfa d’un bras

je me souviens que Michel Foucault avait une Jaguar en Suède

je me souviens qu’avec ses droits d’auteurs Paul Morand se faisait construire des carrosseries sur mesure

je me souviens que Julien Gracq avais usé deux Deux Chevaux

je me souviens que la voiture de l’enfance était celle-là même que Marguerite Duras conduisait ivre

je me souviens que Jude Stefan avait une Ferrari d’occasion

je me souviens que Roland Barthes avait écrit la mythologie de la déesse

je me souviens d’une R5 blanche à côté de Maurice Blanchot sur le parking d’un supermarché sans savoir si c’était la sienne

je me souviens que Raymond Roussel avait inventé le camping-car

je me souviens que Jules Bonnot et ses camarades propageaient la bonne parole à bord d’une Delaunay-Belleville

je me souviens que ma voiture est sans nom

#1750

il y a des enfants dans les arbres
cette phrase revient une des dernières
j’avais vu la cour modeste en entrant
un arbre sans fruits seul centre
je ne sais plus si je me suis retourné
l’après-midi était notre ensemble
comme maintenant c’était l’été

#1547

matin sur les chiottes
à enlever les majuscules
début de vers humbles
face au quelconque

#1543

feuilles des linges étendus
aux approches du ciel en tranchées
marches vers le bas sans chute
traversée d’une haute rumeur
cri bref d’un oiseau inconnu
signature exacte de son départ
bleu hortensia sur le tuf
surprise papillon double
l’être parc malgré tout
doux le vent qu’il soit fin