#2347

#2346

Minutes de la multitude #58

La nuit est seulement un bruit.

Quelle a été leur journée à chacun? Pour toi, c’est maintenant la fin, dans l’oubli déjà. Tu es le cheval rentrant à l’écurie. Fourbu. Abêti.

Surprise de voir la gare du terminus. Déjà arrivé. Temps manqué.

#2344

Oloé du 13/01/2024

Minutes de la multitude #57

À pas mesurés sur le sol rayé. Remonter, aller vers l’avant. Ressentir l’immobilité du train.

Défilement très lent. Pas de perspective : un mur, le bord de la voie. Trop lent pour forcer le passage dans la mémoire. Trop rapide pour être regardé.

Une nouveau rythme entêtant, entraînant. Inconnu.

dual #38

Photographie de Chiara Vitellozzi @chiaravitellozzi

fantômes chez eux sur la paroi
dès la ligne le forme est pensée
la surface piège la lumière
une main pour l’ombre le secret
en miroir de l’image résolution
le sein long dans le noir

#2241

à plat c’est l’horizon qui prend la lumière l’aspire la laisse monter du bas il ne tombe pas il flotte il aspire la lumière il laisse venir la pauvre lumière du soir est-ce le soir la nuit entre chien et loup les chiens je les entends chaque nuit lorsque je suis vide devant la page le loup est dans le nom du lieu où j’écris la lumière monte jusqu’à être prise dans la grille et susciter un code hexadécimal c’est à plat que je la regarde elle l’image maintenant posée sur la feuille recouvre les lignes un œil pour elle l’autre œil pour la moitié droite des phrases deux mains symétrie de l’une à l’autre c’est une image d’hier de l’autre nuit il suffirait d’aller dans l’autre pièce celle où on est debout se pencher par la fenêtre pour voir où était l’instant où elle a été tout identique sauf la nuit la nuit sera là quand j’aurai fini d’écrire le mur en descente presque bleu depuis la fenêtre bord de l’image juste avant la chute il n’y a pas eu de chute

#2240

#2239

lumière rase en bonds
douce mort on croirait
au soir comme apogée
on croît dans le bonheur