Catégorie : Samedi fasciste

Samedi fasciste #11

les courbes sont sur tes images, les images sombres qui reviennent au jour, les images qui ne restent qu’en moi, les courbes de la lettre c et des ses mots, les images sans visage de toi, pensée nue sur le marbre sale

Samedi fasciste #10

Tu crois que la lutte est dans le nombre : prisonnier de la forme.

samedi fasciste #9

victoire : moisissure

aboutissement : n’avoir gravé qu’une lettre

Samedi fasciste #8

à combien de centres échapper encore ?

Samedi fasciste #7

Descendre, t’enfoncer. La vase du rêve, toute silence.

L’horizon est juste au-dessus de toi : c’est l’absence de ciel.

T’ériger pour parcourir.

Samedi fasciste #6

(Tu y étais, tu y es.)

Le mot île est un centre, puis devient question: où est le dehors? quand es-tu perdu à l’intérieur? quelle est la pente du gué?

Instituons en jeu la frontière.

Samedi fasciste #5

immobile au bleu l’oiseau
l’ailleurs encore
rondes tes lèvres sous la ronce

Samedi fasciste #4

Le mot Donc, venu de l’enfance, pour appuyer les rêves poursuivis et sceller les augures.

Samedi fasciste #3

Et pourquoi l’amour serait supporté encore?

Samedi fasciste #2

Homme : rature