Menu

Tristan Mat

#1997

les chiens aboient la nuit est parfaite
les habits laissés un à un
nu sur la couverture tachée de sang
j’écris sur une table verte d’enfant